Créer un compte
Mot de passe oublié ?

 
 
 

Vous saurez tout sur Kamui FUJIWARA, dernière partie !

18/01/2016

Comme vous le savez, nous avons eu la chance de rencontrer Kamui FUJIWARA lors de l’exposition qui a pris place le mois dernier à Tokyo pour fêter les 35 ans de carrière de l’auteur !
Après la publication des deux premières parties de notre interview, où l’on apprenait notamment que Kamui FUJIWARA avait pu rencontrer le grand Osamu TEZUKA ou encore qu’il tenait un journal des rêves des plus intrigants, nous vous proposons de découvrir la troisième et dernière partie de cette rencontre passionnante, à l’occasion de la sortie en librairie du tome 19 de Dragon Quest – Emblem of Roto !

Retrouvez la première partie de notre entrevue par ici : http://www.ki-oon.com/news/249-vous-saurez-tout-sur-kamui-fujiwara-premier-round.html

Et la deuxième partie par là : http://www.ki-oon.com/news/252-vous-saurez-tout-sur-kamui-fujiwara-la-suite.html

Bonne lecture !


L’AFFICHE DE L’EXPOSITION, UNE PIÈCE UNIQUE.

- > Est-ce qu’il y a une œuvre en particulier dans cette exposition que vous aimeriez particulièrement mettre en avant ?

Je n’ai pas vraiment fait la sélection, mais par contre j’ai dessiné l’illustration de l’affiche pour l’occasion. (Cf. photos : sur la deuxième, Kamui Fujiwara montre un petit perso qui représente sa fille. La photo est un peu floue, mais vaut le coup pour le clin d’œil.) C’était la première fois que je dessinais en format A1, et en plus tout à la main, sur papier. Ça fait maintenant plus de dix ans que je travaille en digital, ça m’a un peu fait stresser. Plus que mettre cette œuvre en avant, j’aimerais surtout que les visiteurs sachent à quel point je me suis donné du mal pour la dessiner (rires) ! Ça m’a pris environ une semaine pour la finir. Comme je fais aussi des séries en magazine en même temps, je dessinais pendant mes heures libres.


- > Qu’est-ce qui vous a inspiré pour ce dessin ?

Depuis longtemps j’avais envie de faire une illustration rassemblant plusieurs personnages de titres différents, comme cela avait été fait pour Osamu Tezuka. Le plus dur a été de faire en sorte que les anciens personnages comme les nouveaux s’agencent bien, que tout ait l’air cohérent.


- > Et la structure générale du dessin, ça ne vous a pas posé de soucis ?

Elle m’est venue d’un coup. J’ai dessiné le rough sur une feuille du même format que celles lesquelles je dessine mes mangas. En deux heures, j’avais terminé le croquis préparatoire.


- > Et ce personnage (cf. photo avec le personnage tenant le stylo), c’est vous ?

En quelque sorte. C’est le héros de Roots, un de mes anciens mangas (NDT : inédit en France). C’est comme une part de moi. J’ai aussi dessiné une sorte de mix entre la tour de Babel et la tour de mon manga Fukushinchô Kikan (NDT : inédit en France).


DES TECHNIQUES DE DESSIN VARIÉES.

- > Vous avez dessiné des mangas dans des genres variés, du seinen au shonen, en passant par l’adaptation d’œuvres littéraires. Comment adaptez-vous votre style graphique à chaque type d’histoire ?


Ça passe d’abord par le matériel. Selon l’image que je me fais des personnages, je change de matériel et je m’entraîne jusqu’à ce que je sois habitué à l’utiliser. Ça peut être un stylo à plume incurvée, un G-pen (NDT : type de stylo à plume utilisé par nombre de mangaka), ou encore un stylo-feutre, par exemple. De nos jours, il y a une grande variété de produits en papeterie. Ces derniers temps, je ne peux plus me passer de mon stylo-bille à mine ultra-fine, taille 0.25. Avec ça, j’arrive à faire des lignes aussi fines qu’avec un stylo-plume !


- > Même en passant au dessin sur ordinateur, la différence de matériel compte-t-elle ?

Avec le dessin par ordinateur, tout a tendance à être homogénéisé. J’ai essayé de tout faire sur ordinateur une fois, mais ça m’a rendu moins productif que d’habitude. On ne peut pas changer l’orientation de la feuille d’un geste (mime le geste), comme quand on dessine sur papier. On peut le faire avec les outils sur l’écran, mais ça prend quand même plus de temps. Par contre, quand je dessine sur papier, des fois je me dis que j’aimerais bien pouvoir revenir en arrière plus facilement.


- > Prenons l’exemple de Unlucky Young Men, qui a une touche différente de beaucoup de vos œuvres.

C’est vrai. Pour Unlucky Young Men, j’ai d’abord fait le story-board, et à partir de là, nous avons pris des photos en studio. Des éditeurs et des personnes de l’extérieur nous servaient de mannequins. Nous avions loué des vêtements exprès pour l’occasion. À l’intérieur du bâtiment de la maison d’édition, il y avait un hall avec un escalier qui nous a aussi servi de location. Nous avons pris les scènes en photo, et je les ai ensuite utilisées comme modèle pour dessiner les cases. Nous avions choisi cette façon de faire afin de reproduire les vêtements de façon fidèle, jusque dans les moindres froissements. C’était comme pour un vrai film. J’ai aussi introduit des techniques de montage cinématographique que je n’utilisais pas avant dans mes mangas. C’est une technique un peu bizarre, avec des ellipses pour faire avancer l’histoire quand on n’a pas la place de mettre tous les éléments du scénario dans une seule œuvre.


- > Dans quel style avez-vous le plus de facilités ?

Dessiner en soi ne me prend pas tant de temps que ça. C’est plutôt la définition du personnage, de l’histoire et de l’univers qui demande du temps. On pense souvent que c’est faire les planches qui est le plus terrible. C’est vrai que ça prend un certain temps, mais de ce point de vue, la difficulté ne varie pas selon le type d’œuvre.


QUELS PROJETS POUR LE FUTUR ?

- > Vous dessinez en ce moment la suite de Dragon Quest – Emblem of Roto, mais avez-vous déjà des plans pour quand vous aurez terminé cette série ?


Je pense fermer mon studio de dessin dans environ quatre ans, et continuer tout seul. Je n’ai pas encore défini clairement ce que j’allais faire, mais j’ai deux idées en tête. L’une est l’adaptation de Train de nuit dans la Voie lactée (NDT : roman de Kenji Miyazawa), et l’autre un manga sur la vie de l’artiste Yumeji Takehisa (NDT : célèbre illustrateur et poète japonais, mort en 1934).


- > Vous avez fait de nombreux métiers dans votre vie, entre l’animation, le travail dans un service de reproduction, l’illustration. Mais vous avez choisi de suivre la voie du manga. Pourquoi ?

Je pense que c’est la façon la plus simple de créer un univers. Les films ou la musique sont aussi très bien, mais avant de faire quoi que ce soit, il faut d’abord trouver des financements. Quand on veut recréer l’image qu’on a en tête, ça coûte toujours beaucoup d’argent. Mais dans le cas du manga, avec du temps et de la patience, il est possible d’exprimer ce qu’on veut. C’est le moyen le plus rapide, d’autant plus qu’on peut tout faire tout seul. C’est pour ça que je pense que c’est le mieux pour moi.


- > Au contraire, y a-t-il un travail que vous n’avez encore jamais fait, et que vous aimeriez bien essayer ?

Un travail que je n’ai jamais fait et que j’aimerais bien tenter… Il ne me reste plus beaucoup d’options. J’ai joué la comédie, chanté, j’ai même sorti un CD. Je pense qu’il est en vente dans le coin boutique de l’exposition. En plus, mes choix sont limités, car je n’ai pas les capacités de faire tout et n’importe quoi.


- > Écrire un roman par exemple ?

Écrire un roman prend énormément de temps. J’entends souvent dire que c’est un travail intéressant, mais je pense que finir une histoire en roman prend encore plus de temps que de la raconter en manga. Je suis capable de faire des story-boards assez facilement maintenant, mais raconter mes histoires sous la forme de texte me prendrait beaucoup de temps.


- > Le manga est donc ce qui vous convient le mieux.

Oui. C’est ce à quoi je suis habitué.


Eh bien, j’ai hâte de voir vos futures œuvres, merci beaucoup pour cet entretien !

 
 
 
Retrouvez-nous sur
A Certain Magical Index A Silent Voice Ad Astra Amanchu ! Ash & Eli Awaken Barakamon Bride Stories Bride Stories - Latitudes Cesare Crimson Prince Darwin's Game Dimension W Erased Gisèle Alain Golden Kamui Immortal Hounds Karneval Kasane - La Voleuse de visage King’s Game Spiral Last Hero Inuyashiki Le Requiem du Roi des Roses Les Fleurs du mal Lockdown Lucika Lucika Man in the Window Monster X Monster My Hero Academia Outlaw Players Père & Fils Q ReLIFE Re/member Roji ! Springald The Arms Peddler Übel Blatt Warlord Witch Hunter Wolfsmund You Lie in April